Je ne sais pas d'art qui puisse engager plus d'intelligence que le trait.

 

Après avoir longuement travaillé divers technique de peinture et ma passion inébranlable, qui plus-est toujours grandissante pour la culture japonaise, quoi de plus naturel de ressentir le besoin de changement et de renouer avec le trait comme une écriture calligraphique de précision.

La signification technique et concrète, est selon moi, d'une simplicité presque dérisoire mais qui renvoie aux principes fondamentaux les plus abstraits de la philosophie et de la cosmologie japonaise ancienne, pour ne citer que les plus connus, voir (Hokusai, Hiroshige, Sharaku ou encore Utamaro)

Le trait dans sa démultiplication et dans sa variation, serait ce qui permet de restituer, de reconstruire une ligne au sens du principe interne qui gouverne le fonctionnement et la forme des choses.

 

Le trait moderne devient alors le scanner de l'œil qui délimite la forme, qui renforce et accentue la dynamique, la verticalité, souligne l'horizontalité mais aussi sa structure faisant office de charpente d'architecture traduisant par là même la vélocité d'un regard incisif comme la flèche décochée d'un archer.

 

 

 

 

 

 

 

 

       Guy Daly